module 1mod events frmodule 3

La situation actuelle

Ce mode de gestion a entraîné dans certaines régions situées au sud du Québec, une population de chevreuil dépassant la capacité de support du milieu entraînant une dégradation importante de l'écosystème. Étant à la limite nordique de son aire de distribution, ce constat ne peut être généralisé à la grandeur des régions du Québec. Ce qui par contre fait de plus en plus l'unanimité auprès de nombreux chasseurs et spécialistes, c'est le déséquilibre du rapport des sexes ( ratio mâle / femelle ) qui ne cesse de s'accentuer.

Ce déséquilibre entraîne des effets néfastes sur la structure sociale du cheptel ainsi que sur la qualité de l'expérience de chasse. Dans la plupart des zones de chasse du Québec à peine 5 % des mâles récoltés ont 3,5 ans et plus. Autre effet important du mode de gestion actuel selon plusieurs études sérieuses, on constate que dans les secteurs soumis à une pression de chasse moyenne à élevée, un faon mâle a seulement 7 % de chance d'atteindre l'âge de 3.5 ans. Le prélèvement éhonté sur la strate mâle que nous connaissons au Québec depuis plusieurs années, a donc décimé la population de mâle mature.

Le résultat sur le terrain est alarmant puisque les experts s'entendent pour dire qu'il y a moins d'un mâle mature par 1000 acres de terre. D'autres études ont aussi démontré que lorsqu'un mâle a la chance d'atteindre 4.5 ans il devient nocturne à plus de 85 % de son temps et passerait plus de 20 heures par jour sur moins de 10 % de son territoire. Ce n'est donc pas surprenant qu'au Québec 90 % des chasseurs récolte des mâles de 2.5 ans et moins. Ce constat nous place donc dans une situation ou le succès de chasse est élevé, mais les probabilités d'observer et de récolter un mâle de qualité sont de plus en plus faible.

  • En 2004, la récolte totale de cerfs sur le Québec continental atteint de nouveau sommet avec 57,926 chevreuils abattus.
  • Le succès de chasse dépasse actuellement les 35 %.
  • Le nombre de permis vendus suit la tendance de la récolte et est en hausse constante depuis plusieurs années. En l'espace de dix ans, soit de 1993 à 2003, la vente de permis est passée de 111,161 à 156,756 sur le Québec continental.
  • En 2000, on dénombrait une densité de chevreuils pour les zones 4,5,6,8 variant de 6,8 à 10,7 cerfs au km2 d'habitat. En 2002, dans la partie ouest de la zone 5, on dénombrait jusqu'à 15,8 cerfs au km2 . En 2004, dans plusieurs partie des zones 5,6 et 8 la population de chevreuils dépasse les 14 cerfs au km2 . À ce niveau de densité ( ces niveaux de densité sont estimés après la chasse ), des impacts négatifs peuvent être observés sur la biodiversité des milieu naturelles et la qualité de l'habitat tend à se dégrader.
  • Une étude menée en 2003, démontre que lorsque le niveau de population dépasse la capacité de support du milieu, le poids moyen des cerfs est à la baisse et la taille des bois suit la même tendance.
  • Une autre étude effectué cette fois en 2000, a démontrée que 58 % des mâles récoltés avaient 1 ½ an et qu'à peine 11,5 % avaient 4 ½ an. L'âge moyen des cerfs mâles récoltés faisait à peine 2,41 ans.
  • Depuis plusieurs décennies au Québec, différentes données scientifiques et statistiques sont recueillies sur la population de chevreuils, sa densité et sa récolte. Cependant il n'existe aucune donnée scientifique sur les ratio mâle / femelle de nos cheptels.
  • En 2004, la récolte des femelles ( incluant les faons femelle ) était de 37 % de la récolte totale. En 1999, elle était de 27 %. C'est donc dire que nous continuons à chaque année de récolter davantage de mâles que de femelles.
  • La récolte de 2003 représentait 15 % du cheptel et 75 % du potentiel de prélèvement.